Loading La règle des 5W - nůn — design & arts graphiques
Loading
Posted on

La règle des 5W

Une méthode simple, pragmatique mais trop souvent négligée en phase de pré-projet. Elle permet de poser les bases et de ne pas travailler hors sol en obligeant à collecter, lorsqu’on la pratique sincèrement, un nombre important d’informations et de données. Un problème bien posé est déjà à moitié résolu !

PRINCIPE

Les 5W est une approche que tout le monde connait. Il s’agit d’une démarche toute simple : se poser des questions de bon sens en amorce de projet. C’est la base, mais c’est parfois une phase que l’on oublie ou que l’on bâcle, par envie d’entrer rapidement dans le vif du sujet. De façon général, les phases de découverte et d’imprégnation préliminaires dans tout projet sont trop souvent négligées voir inexistantes. Or, comme le dirait Henri Bergson : « un problème bien posé est déjà à moitié résolu« . Albert Enstein relance avec « un problème sans solution est un problème mal posé. »

DURÉE

De 10 min à plusieurs jours. Lorsque l’on pose ces questions , la réponse qu’on y apporte peut-être simple ou d’une grande profondeur selon le temps que l’on va passer. Ce n’est jamais du temps perdu ! Car ces questions, posées avec une vraie curiosité et un vrai désir de réponse satisfaisante, donneront une base de recherche dense et, bien entendu, la plus essentielle qui soit.

OBJECTIF

Faire remonter les éléments clés d’un projet en amont. Que ce soit pour du design de produit ou de service, une campagne de communication, une réflexion d’identité de marque ou encore de la data visualisation scientifique, les 5W feront toujours saillir l’essentiel. À condition de se prêter au jeu sincèrement, avec curiosité et en allant chercher des données / infos à l’extérieur. C’est un vrai outil de découverte en amont des projets.

NOMBRE DE PERSONNES

1 à 5 (il vaut mieux ensuite refaire d’autres petits groupes).

DÉROULEMENT

  • Prenez une feuille blanche ou un document numérique vierge ;
  • Lister les 5 W dans cinq zones distinctes ;
  • Commencer à poser les réponses pour chaque zone ;

    Les voici de façon plus détaillées :
    Who/Qui : Qui est impacté ? Qui sont les acteurs ? Qui est à l’origine du problème ?
    • What/Quoi : De quel type est le problème ? Quel est l’objet ? De quoi parle-t-on ? Quel est le problème à résoudre ?
    • When/Quand : Quand le problème est-il apparu ? Quand devons-nous rendre la décision ?
    • Where/Où : Quel est l’environnement du problème et de la solution ?
    • Why/Pourquoi : Pourquoi ce problème est-il apparu ? Pourquoi faut-il rechercher une solution ?
    • BONUS > How/Comment : De quelle manière allons-nous atteindre nos objectifs ? Comment allons-nous déployer la solution ? Comment sera-t-elle mise en place ?
  • Partez ensuite en collecte de données supplémentaires et enrichissez les réponses aux 5W par des méthodes de découverte qui aident à détailler chaque partie : Fly on the wall, entretiens, questionnaires, récits dirigés, études d’usage, études de tendance, KPIs, datas numériques, études sociologiques, étude de marché, …
  • On peut ajouter, comme une sorte de poupée russe, une approche avec cinq itération successives pour chaque « W ».
    Exemple : Qui ? -> des hommes entre 40 et 50 qui aiment lire. Qui ? -> Ceux qui aime plus spécifiquement les polars et les romans policiers. Qui -> Des utilisateurs technophiles, qui souhaiteraient ajouter une dimension plus interactive et immersive à leur lecture. Qui ? -> … Une autre façon de se forcer à être plus précis, à chercher plus loin que les premières couches. C’est une méthode imparable, particulièrement efficace avec le pourquoi qui permet de faire émerger la véritable raison cachée.

OUVERTURE (Modèle de Lasswell)

Pour les premiers théoriciens, la communication se limite au transfert d’une information entre une source et une cible. Elle est présentée comme un système linéaire et mécanique. On parle alors de conception télégraphique de la communication. C’est le cas du modèle proposé par Shannon et Weaver en 1949. C’est aussi celui de Lasswell, l’un des premiers à s’intéresser à la communication de masse.

La communication de masse repose sur les 5W (ou 5Q en français). Selon Lasswell, on peut décrire « convenablement une action de communication en répondant aux questions suivantes »,  modélisée selon les cinq Q ou cinq W suivant : (Who say What to Whom in Which channel with What effect).

Vous aimez nos contenus pédagogiques gratuits ?

boutique artisanale d\arts graphiques

Soutenez-nous en visitant notre espace de vente d'objets papiers artisanaux, conçus et réalisés en impression typographique à Strasbourg.

Découvrir les créations artisanales de nùn